jeudi 8 octobre 2015

Hollywood à Angkor : Lord Jim (Meta House)

Beaucoup de jeunes et moins jeunes pensaient probablement que Lara Croft et quelques autres films comme ''Two Brothers'' étaient les seules grosses productions s'étant déroulées dans le cadre des temples d'Angkor. Il est pourtant un film majeur qui fut tourné par  Richard Brooks en 1965 avec l'immense Peter O'Toole : Lord Jim, tiré d'un livre de Joseph Conrad. La production de Lord Jim s'est déroulée dans un contexte tout particulier, qui rend les lieux enchanteurs du tournage presque secondaires même s'ils apportent l'exotisme indispensable des productions dites d'aventures. En fait, ce film fut une suite de malentendus.

Sur le tournage
Film inhabituel réalisé avec un talent indéniable, Lord Jim a été pourtant, et injustement, très mal accueilli à sa sortie, tant par le public que par les critiques de l'époque, quoique l'avis des critiques ne soit forcément le gage de la meilleure appréciation.... Peut-être, Richard Brooks serait resté timide et conciliant devant les exigences des producteurs qui souhaitaient faire de Lord Jim une grande aventure proche de Lawrence d’Arabie. C'était aller à contre-courant de l'oeuvre de Conrad, l'auteur du livre duquel est adapté le film et pour lequel Brooks a néanmoins tenté de garder l'esprit intimiste et essayé de dépeindre le mal-être qui affecte le héros tout au long de sa mise en scène. Même dilemme avec le génial O'Toole alternant des attitudes trop proches de son personnage dans Lawrence d'Arabie et d'autres bien plus fidèles au héros tourmenté du livre. Lord Jim n'est donc surtout pas un héros, c'est un looser qui tente à grande peine de retrouver une dignité au travers d'actes héroïques. Il n’était donc pas facile pour le cinéaste de faire accepter au public un tel anti-héros. Dans cette fresque bancale, mi-intimiste, mi-épopée. Curd Jürgens compose un lâche alcoolique, Eli Wallach est une espèce de sadique et James Mason une sorte de Nemesis de Lord Jim, un vague reflet de ses travers. Au final, le film livre un parcours intérieur jalonné d’épisodes plutôt spectaculaires se déroulant dans un cadre forcément exotique, avec des acteurs solides et un sujet un peu ébréché mais extrêmement bien réalisé.

Scène du film
La confusion dans l’esprit du public à la sortie du film était donc inévitable et accentuée par les pontes du studio qui ne savaient pas comment vendre l'oeuvre alors que ce voyage intérieur en dehors des schémas hollywoodiens classiques de l'époque était un événement et une oeuvre résolument ambitieuse, à l'opposé des productions hollywoodiennes proposant des héros condamnés à être beaux, séducteurs, et à détruire des armées entières de méchants. A découvrir ou redécouvrir donc. A la Meta House, samedi 10 octobre à 20h.

Synopsis
Un jeune officier de marine, le lieutenant Jim, embarque comme second à bord d'un navire pour convoyer un groupe de pèlerins. Mais quand surgit la tempête, il fuit par lâcheté, laissant les passagers à leur funeste destin. Pris de remords et animé d'un désir de rédemption, il se lance dans une aventure en Malaisie. Il participe au soulèvement de la population contre un dictateur et brille par son courage. Mais l'orgueil le rend imprudent et trop téméraire.

Lord Jim
Voir la bande annonce :

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire