mardi 4 août 2015

L'Art et la Légende : Epilogue

Le Temps des honneurs

Extraits du script de la série télévisée réalisée par Christophe Gargiulo avec l’assistance de son Altesse le Prince Tesso Sisowath, avec l’aide de la Francophonie et de l’ONG NKFC, Cambodge Mag vous propose de lire ou redécouvrir le script illustré de ce dernier épisode intitulé ‘’Le Temps des Honneurs’’, avec les interviews de S.A.R Tesso Sisowath et Patrice Burel de l'Organisation Internationale de la Francophonie.


Tout au long de son immense carrière, S.A.R La Princesse Norodom Buppha Devi a su se forger des amitiés durables et s’assurer la confiance des institutions étrangères. L’Organisation Internationale de la Francophonie est l’un des partenaires fidèles de la Princesse, et du Cambodge. Patrice Burel, ancien directeur régional de l'OIF et grand admirateur de la princesse déclarait lors d'une interview :
''...Ecoutez, l’OIF est une organisation internationale qui a été créée en 1970. Nous fêtons cette année le 40eme anniversaire. Au long de son histoire, cette institution a eu des noms différents, elle a été créée  à l’initiative de quatre chefs d’état : le président du Sénégal, le président du Niger, celui de Tunisie et…Sa Majesté le Roi Norodom Sihanouk. C’est ainsi que le Cambodge est un des pays fondateurs historiques de notre organisation. Alors, cette organisation a, dés son origine, un rôle de coopération culturelle, d’aide au développement, à l’éducation, avec, au cœur de sa vocation : la langue française, son enseignement, sa pratique, dans les pays de l’espace francophone.

Patrice Burel, ancien directeur régional de l'OIF
Le soutien au Ballet Royal s’inscrit dans le cadre de notre soutien à toutes les industries culturelles emblématiques, c’est le cas des arts de la scène et, en particulier du Ballet Royal…Donc vous voyez, il y a une logique, ce soutien au Ballet s’inscrit dans un cadre beaucoup plus général, à la fois intellectuel et diplomatique, c’est le débat sur la diversité culturelle, un des sujets majeurs de la scène internationale ces dix dernières années. Concernant la collaboration avec la princesse, ce qui me frappe beaucoup, c’est que la Princesse est d’abord une grande professionnelle. On a devant soi une artiste, sincère, véritable qui consacre sa vie a un art depuis tant d’années. La Princesse n’est pas un interlocuteur habituel. Au delà de son statut très prestigieux, c’est pour moi une artiste remarquable, et une grande professionnelle. 

Princesse Norodom Buppha Devi 
C’est aussi quelqu’un qui a une grande écoute. Contrairement à beaucoup de gens qui ont des idées un peu arrêtées, et qui vous écoutent par plaisir, la Princesse vous écoute, réfléchit, et vous répond. Cela peut paraître naturel et évident mais je suis frappé par cette capacité d’écoute. Ensuite, je suis très touché par le rôle de la Princesse dans cette tradition, elle a repris le flambeau de Sa Majesté la reine Sisowath Kossamak. Et, cela est très important à mes yeux. Le Ballet Royal a été en grand danger de nombreuses fois, y compris dans son histoire récente. Je trouve très touchant de voir une personnalité, qui a un air de fragilité apparente, qui porte sur ses épaules avec une énergie extraordinaire cette responsabilité considérable de maintenir une tradition et une des incarnations les plus emblématiques et les plus spectaculaires de la culture de ce pays.

Princesse Buppha Devi
Princesse Buppha Devi
C’est indiscutablement une grande satisfaction. Je suis un vieux fonctionnaire, j’ai beaucoup voyagé et, il n’est pas fréquent de rencontrer une personnalité comme la Princesse Buppha Devi. Je suis très heureux de travailler avec elle. Pour cette réussite de la renaissance du Ballet Royal, la princesse sait aussi fidéliser son équipe. Que ce soit avec les danseuses, les musiciens ou les simples collaborateurs, la Princesse privilégie une ambiance de famille, un veritable esprit d’équipe. Mais la Princesse tient aussi à officialiser les mérites de chacun. Au retour de la tournée marocaine, la Princesse a tenu à remettre elle-même une distinction offerte par sa Majesté le Roi Sihamoni. C’est une façon de remercier tous ceux qui, depuis de nombreuses années, jeunes ou anciens, participent au triomphe grandissant du ballet...''

Prince Tesso Sisowath
Prince Tesso Sisowath
Aux cotés de la Princesse, pour la séance photo, se tient le Prince Tesso Sisowath, un des collaborateurs récents mais très actifs de l’équipe du Ballet Royal : ''...Je m’occupe de chercher des sponsors pour le Ballet Royal, mais je suis toujours aux cotés de la Princesse. Nous sommes très souvent ensemble pour parler de tous ses projets. C’est très agréable de travailler avec La princesse. En fait, je n’ai pas l’impression de travailler. La Princesse sait créer une bonne ambiance. C’est une atmosphère de travail à la fois très sérieuse et très rigoureuse, mais absolument pas stressante. C’est vraiment un travail agréable. Si la princesse considère que quelqu’un vaut la peine, et mérite son attention, elle va aider cette personne jusqu’au bout. Quand elle choisit une personne qui a un vrai potentiel, qui peut devenir une grande danseuse ou autre, la Princesse fera tout pour que cette personne donne le meilleur d’elle-même. Elle le fait au niveau artistique. Elle le fait aussi dans sa vie de tous les jours. Avec nous, ses collaborateurs, elle nous aide à donner le meilleur de nous-mêmes, à exprimer nos meilleures qualités. Si j’avais un dernier mot à dire à la Princesse, ce serait : restez telle que vous êtes...''

C’est en 2007 que la Princesse révèle une nouvelle facette de son talent en réalisant plusieurs courts métrages à la demande de son père, sa majesté Norodom Sihanouk. Et, le résultat fut étonnant. Prince Tesso Sisowath raconte  : ''...Le meilleur souvenir que j’ai de la Princesse, ce sont les films que nous avons tourné ensemble. J’aime particulièrement les films tournés à Siem Reap. J’ai accompagné la Princesse pour ces films qu’elle a faits pour le roi Norodom Sihanouk. Ces ont mes meilleurs souvenirs avec elle car nous étions ensemble dans des lieux historiques.

Antromak par Buppha Devi
Les films que la Princesse a tournés sont très différents. Il y a des films plus axés sur la danse, sur l’esthétique, et la Princesse est excellente dans ce domaine. Pour moi, le film Antromak est un film à part. Il y a toute une histoire très forte, il y a des rôles très difficiles. Et puis, cela a été un tournage très long. Et puis, dans ces moments là, la Princesse s’investit totalement, elle ne se contente pas de diriger le tournage, elle est attentive au moindre détail, aux costumes, au choix des acteurs. Elle fait elle-même les repérages de façon très méticuleuse...''
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire