lundi 24 août 2015

La Bourse de Shanghai s'effondre et entraîne les marchés européens

L'ensemble des marchés financiers européens ont fortement chuté à l'ouverture dans le sillage de la Bourse de Shanghai qui s'est effondrée de 8,5%.

La Bourse de Shanghai a terminé lundi en recul de presque 8,5%, sa plus forte baisse journalière depuis huit ans, dans un marché toujours affolé par la morosité de l'économie chinoise, et en dépit des efforts des autorités pour rassurer les investisseurs, rapporte l'AFP. L'indice composite shanghaïen a clôturé en baisse de 8,49% (soit 297,83 points) à 3.209,91 points, dans un volume d'échanges de 359 milliards de yuans (49,2 milliards d'euros). Il a perdu jusqu'à 9% en cours de séance. Il s'agit de sa plus forte baisse journalière depuis février 2007. "C'est un véritable désastre, et rien ne semble pouvoir l'arrêter", expliquait Chen Gang, responsable du fonds Heqitongyi Asset Management, cité par Bloomberg News.


Shanghai a entraîné dans sa chute nombre de places boursières mondiales. En Asie, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo chutait de 3,21% à la mi-journée. Dans leur sillage, Hong Kong plongeait de 4,64% en fin de matinée. La contagion a atteint la Bourse de Taïwan qui est allée jusqu'à descendre de 7,46%, la pire chute en séance qu'elle ait jamais enregistrée. Vers la mi-séance, Sydney trébuchait de 2,89% et Séoul de 1,88%. Les principales places boursières européennes ont elles aussi ouvert en forte baisse. La Bourse de Paris chutait lourdement lundi à l'ouverture (-3,57%), touchée de plein fouet par la débâcle des marchés asiatiques, en raison des vives inquiétudes quant au ralentissement de la croissance chinoise. La Bourse de Londres chutait quant à elle de près de 3% à l'ouverture. Pareil pour la Bourse de Milan, qui a enregistré lundi à l'ouverture une baisse de 3,62%. A Francfort, le DAX perdait 3,15%, plongeant sous la barre des 10.000 points pour la première fois depuis la mi-janvier. Les matières premières ne sont pas épargnées: les cours du pétrole se sont repliés, évoluant sous les 40 dollars le baril à des niveaux plus vus depuis six ans. Rien ne semble pouvoir rassurer les investisseurs, faute d'annonces convaincantes, même si la Chine va autoriser son gigantesque fonds de pension étatique à investir dans les Bourses locales. Les dévaluations du yuan à partir du 11 août ont nourri les inquiétudes sur la Chine, entraînant "un changement complet de l'humeur des marchés et un réexamen des valorisations boursières mondiales", explique l'analyste de CMC Markets, Michael Hewson.

Pays/territoire : Shanghai, Shanghai, China
Enregistrer un commentaire