jeudi 12 mai 2016

Interview flash : Rencontre avec une jeune fille ordinaire

Entretien avec Ly Danam 

Elle a vingt et un ans et le regard parfois triste. Ly Danam est une jeune Cambodgienne comme les autres. Originaire de Koh Kong, elle a décidé d'arrêter l'école pour tenter sa chance dans la capitale, à l'image de tant d'autres attirés par l'effervescence et les tentations de Phnom Penh ou encore la nécessité de subvenir aux besoins d'une famille démunie. 

Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Mais l'histoire de Ly est plus simple, ni glauque, ni merveilleuse, ni banale. Ses parents qui ont trois autres enfants ne sont pas dans le besoin. Lorsque leur fille leur a déclaré qu'elle voulait partir à Phnom Penh, ils l'ont laissé faire, laissant de coté les préjugés, la mettant en garde contre les dangers sournois de la ville qui guettent les jeunes provinciales parfois naïves. Ly raconte : ''...Je n'arrivais pas à m’intéresser à l'école de mon village, je voulais apprendre un métier rapidement et monter ma propre affaire. J'adore le monde de la beauté, je veux ouvrir un salon d’esthétique et de coiffure, je sais, ce n'est pas très original, il y en a beaucoup mais il y a aussi pas mal de non-professionnels qui opèrent, pour quelqu'un de sérieux, je crois qu'il y a encore de l'avenir dans ce métier, c'est uniquement pour cela que je suis partie pour Phnom Penh...''

Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Si ses parents ne sont pas pauvres, ils ont pourtant prévenu leur fille qu'ils ne pourraient pas financer son apprentissage. ''...Mes parents ne m'aident pas, quelque part, c'est mieux, cela m'a appris à être responsable et à faire attention...''. Ly décide alors de louer un appartement avec sa meilleure amie, Kim, qui travaille à Phnom Penh, au sein d'une agence de marketing. C'était il y  a deux ans déjà. Par chance, la jeune fille fait quelques castings d'essai avec des photographes locaux. Elle enchaîne rapidement les séances photo et cette activité devient régulière jusqu'à devenir un métier qui lui permet de financer ses études.

Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Ly Danam. Photo C.Gargiulo
''...J'ai eu la chance d'avoir des petits contrats réguliers, principalement pour des vêtements. C'est une activité agréable mais je ne tiens pas à en faire mon job dans l'avenir. Cela me permet de vivre et de payer les cours de l'institut où j'apprends les métiers de la beauté...les cachets ne sont pas énormes, il y a aussi beaucoup de monde dans ce secteur, mais deux ou trois photographes m'appellent régulièrement, alors tant mieux...''. 

Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Quant à sa vie privée, La jeune Ly s'explique clairement : '' ...Je n'ai pas et ne veux pas de petit ami pour l'instant. Ce serait une distraction, voire source d'ennuis. Ma priorité est d'achever ma formation et de monter mon business. Et, à présent je pense être sur la bonne voie, je n'ai qu'une seule idée en tête : avoir mon salon. Mes distractions sont rares, mais j'arrive à faire du shopping de temps en temps, à aller à la piscine, au cinéma, les loisirs ordinaires d'une jeune fille de vingt ans...''

Ly Danam. Photo C.Gargiulo
Ly Danam. Photo C.Gargiulo
S’intéresse-t-elle à la politique, à l'actualité de son pays ? Oui et non : ''...Je ne connais que le Cambodge, je n'ai jamais vraiment voyagé en dehors d'un court séjour en Thailande. Je suis l'actualité mais d'un peu loin, c'est un peu égoïste, mais je préfère me concentrer sur mon sort, même si j'adore mon pays. Vous savez, je suis une jeune fille ordinaire de vingt-et-un ans qui poursuit un petit rêve, rien de moins, rien de plus...''.
Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire