jeudi 27 août 2015

Cambodge : des quotas pour les séries étrangères ?

Inquiétude des artistes et réalisateurs cambodgiens

Les artistes et réalisateurs cambodgiens ont exprimé leur préoccupation face à l'augmentation sensible des films étrangers diffusés sur la majeure partie chaînes de télévision au Cambodge. Ceux-ci demandent aux ministères et institutions concernés de limiter la diffusion de ces films venus de l’extérieur susceptibles, selon eux, d'affecter l'industrie média du royaume et la culture cambodgienne en général...

La demande a été formulée officiellement  au cours d’une grande rencontre entre les artistes et réalisateurs cambodgiens à Phnom Penh, le 23 août dernier. Actuellement, le flux de films étrangers diffusé sur les chaînes de télévision locales aurait déjà des conséquences sur  les artistes et les réalisateurs, ainsi que de nombreuses autres personnes concernées au sein de l’industrie cinématographique, souligne Chhay Bora, président de la MPAC (Motion Picture Association of Cambodia).

Chhay Bora, président de la MPAC (Motion Picture Association of Cambodia). Photo par Studio Revolt
Chhay Bora, président de la MPAC (Motion Picture Association of Cambodia). Photo par Studio Revolt
Les artistes et réalisateurs cambodgiens ne sont pas trop conservateurs, mais la prochaine génération sera influencée par la culture étrangère s’il y a un fort flux de films étrangers au Cambodge, a-t-il ajouté. Une demande conjointe des associations des artistes et réalisateurs cambodgiens sera envoyée au ministère de la Culture et des Beaux Arts; au ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports; au ministère de l’Information; et au gouvernement royal du Cambodge (GRC). Sos Mach, président de l’Association des artistes khmers (KAA), partage le même sentiment et appelle le GRC non seulement à prendre des mesures préventives contre les films étrangers mais aussi à proposer des mesures concrètes pour encourager les artistes et réalisateurs cambodgiens à produire plus de films dans l'avenir.

Parmi les achats d’œuvres étrangères, les série de Corée du Sud sont parmi les plus appréciées.
Pour sa part, Thai Norak Satya, secrétaire d’Etat à la Culture et aux Beaux-Arts, a expliqué qu’il était impossible d’interdire des films étrangers en raison d'une situation de libre concurrence. Selon la MPAC, le Cambodge aurait  investi environ six millions de dollars américains chaque année pour l'achat de programmes et de films étrangers.
Article en khmer par Un Rithy
Article en français par C. Nika - AKP Phnom Penh, août 2015 –
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire