jeudi 2 juillet 2015

ONG : Rencontre entre Samdech Hun Sèn et Sam Rainsy

ONG : Hun Sèn et Rainsy d'une seule voix

Le Premier ministre  Hun Sèn, nouveau président s’est entretenu cette semaine au Palais de l’Assemblée nationale avec Sam Rainsy, président du Parti de sauvetage national du Cambodge, parti d’opposition, et chef de la minorité parlementaire.

Les deux leaders ont discuté de nombreux sujets, y compris du projet de loi sur les ONG, a déclaré Sam Rainsy aux journalistes après l’entretien : ''...Les organisations de la société civile ne devraient pas être trop inquiètes parce que celles qui sont en train de fonctionner ne seront pas obligées de s’inscrire de nouveau, leurs autorisations seront automatiquement reconduites...'' a souligné le chef de l'opposition.

Sam Rainsy
La rencontre entre Samdech Techo Hun Sèn et Sam Rainsy s'est déroulée au moment même où des organisations de la société civile mènent une campagne active pour demander à l’Assemblée nationale de ne pas approuver ce projet de loi sur les associations et les organisations non gouvernementales. A noter que ce projet de loi de neuf chapitres et 39 articles, rédigé par le ministère de l’Intérieur, a déjà été approuvé par le Conseil des ministres au début de ce mois-ci. Officiellement, le texte de loi vise à assurer la protection des droits et libertés dans l’établissement des associations et des ONG au Cambodge, à défendre leurs intérêts légaux, mais aussi les intérêts publics, ainsi qu’à renforcer le partenariat avec les autorités publiques dans le cadre du développement du Cambodge. D'après l’Unité de Presse de Réaction Rapide (UPR) du Conseil des ministres, le gouvernement royal du Cambodge continue d'admettre l’importance des organisations de la société civile et à les considérer comme un partenaire efficace dans le processus de reconstruction et de développement du Cambodge. Le Royaume compte actuellement quelque 5.000 associations, ONG et organisations internationales non-gouvernementales (OING).
Source :  C. Nika / AKP Phnom Penh, juin 2015 –

NDLR: Les ONG  se sont installées au Cambodge peu après les forces de l'APRONUC pour faire ensuite partie intégrante du paysage cambodgien de l'après-guerre civile. Si les ONG d'urgence ont relativement peu souffert de contestations et critiques les premières années, les ONG de développement ont vu leur rôle parfois violemment contesté plus tard, en particulier les plus grosses, en raison de leur train de vie, de leur approche parfois hâtive du drame cambodgien et de leur décalage avec les réels besoins du pays. Ces dernières années, l'image ONG  s'est encore quelque peu altérée avec quelques scandales, en particulier sur le sujet sensible du trafic humain. Cela ne doit pas obérer le travail de fond d'ONG qui œuvrent dans le bon sens, il y en a plus qu'on ne le pense,  et pour lesquelles il serait injuste d'associer l'image assez négative véhiculée par des ONG trop ''business''. Toutefois, le Premier Ministre ne s'est pas attardé sur cet angle, il avait déclaré quelques temps auparavant que ses inquiétudes provenaient des financements d'ONG et des flux associés, n'hésitant pas à mettre en avant sa crainte de voir de l'argent blanchi, voire d'origine terroriste, circuler dans les réseaux ONG. Hun Sen avait également dénoncé ce qu'il appelait la ''politisation à outrance'' de certaines ONG. Du coté des contestataires, le leitmotiv reste la crainte d'un contrôle trop lourd du gouvernement sur le fonctionnement des ONG.
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire