mardi 14 juillet 2015

Contes du Cambodge : Pourquoi les Gibbons hurlent soir et matin

Le cri du gibbon

C'était au temps des aïeux. Les gibbons vivaient alors dans les forêts au milieu desquelles serpentent la rivière Srépok et son affluent le Krong Bla. Là poussent, serrés à ne pas laisser la lumière atteindre le sol, des chênes et des châtaigniers énormes, des tecks et des tracs au bois de fer et de gigantesques ban-langs, hauts de trois portées de flèche, aux pieds qui s'évasent en contreforts massifs.


Tout au long du jour, les gibbons de cette espèce qu'on appelle des doc nuoc cueillaient des fruits sauvages, se lançaient d'une branche à l'autre, ne se risquant jusqu'au sol que pour tirer les piquants d'un porc-épic ou pour agacer un pangolin jusqu'à ce qu'il se mît en boule. On pouvait alors vivre heureux; la nuit, on dormait tranquille : point de tigre égorgeant un chevreuil, point de python venant surprendre dans son sommeil un tout petit gibbon. Les seuls voisins étaient des tourterelles, des paons qui savent si bien se couler sous les buissons malgré leur queue traînante, des ours à collier orange qui, sans se presser, montent aux branches pour dévaster le miel des abeilles sauvages. Les seuls cris qu'à cette époque poussaient les gibbons n'étaient jamais que le grincement de dents de deux mâles jaloux, le susurrement d'une mère appelant son petit ou les glapissements d'une bande de bébés-gibbons se poursuivant malicieusement d'un arbre à l'autre.

Un jour, les singes — qui vivaient plus au Sud, dans les bois qui ont poussé sur les pentes des cratères — eurent l'idée de partir à la découverte. Plus de mille et dix mille d'entre eux, hurleurs, rieurs, aboyeurs, siffleurs, singes verts, singes gris à la longue queue blanche, singes violets et toute la tribu des macaques, s'en allèrent en migration vers le Nord. De temps à autre, ils apercevaient un village d'hommes. Un village, c'est de la canne à sucre, des patates douces, du riz à piller. En un tourne-main, la peine que s'étaient donnée de pauvres humains s'en allait dans les arbres, gambadant et dansant au sein des petits ventres poilus et bien gonflés. Ravageant le pays, cassant des arbrisseaux par plaisir, ils arrivèrent dans la haute forêt. Les plus audacieux continuèrent à crier, mais bientôt l'oppression de la forêt pesa sur eux. La tristesse les envahit et ils s'arrêtèrent, domptés par la majesté des arbres. C'est à ce moment qu'ils aperçurent les gibbons.

Au début, toute la gent macaque les prit pour de petits hommes, de ces hommes que d'autres singes leur avaient dit avoir vus, là-bas très loin, dans le pays de Kambu, vivre dans les arbres. Mais à quelques grimaces qu'ils se firent, les uns et les autres, ils se reconnurent presque frères.
On se tira par la queue, on dénicha ensemble des fruits et des racines à la saveur puissante, on se battit pour une femelle indifférente. Bref, on agit tels de parfaits singes qui, partout, se conduisent comme chez eux — c'est-à-dire fort mal... Puis les visiteurs s'ennuyèrent. Ils se sentirent jaloux des gibbons qui vivaient dans un pays si paisible, où jusqu'au nom de panthère était inconnu. Ils résolurent de retourner dans leurs bois des hauts plateaux et ils formèrent le projet d'y attirer les gibbons.

— Eh quoi! Vous ne connaissez rien, pauvres enfants de la forêt! C'est à peine si ici l'on peut se mettre quelque chose sous la dent. Et avec quel mal, encore!... Venez donc avec nous. Dans nos bois, il pas dénouer leurs bras d'autour de leurs visages.
Quand vint le jour, ce fut autre chose!... D'abord, les fourmis rouges, qui forcèrent les pauvres abandonnés à quitter les hautes branches. Ce fut pour tomber sur les serpents : les pythons, les boas et, plus bas, les cobras attendaient leur proies, oscillaient sur eux-mêmes jusqu'à ce qu'un malheureux gibbon vint de lui-même se jeter dans la gueule ouverte — à moins qu'il ne tombât assommé d'un grand coup de tête envoyé en bélier. A terre, c'était pis encore — si c'était possible : les chiens sauvages, les doles, qui sans un aboiement savent si bien casser les reins d'un coup de dents, les rhinocéros qui s'en vont en grognant et piétinent avec fureur tout ce qui bouge devant leurs yeux de myopes. Et les éléphants que j'oubliais, qui, d'esprit lunatique, se mettent à secouer les arbres jusqu'à ce qu'ils les rompent.

Quand, le soleil couché, tomba en quelques minutes un bref crépuscule puis la nuit, les gibbons sentirent le désespoir envahir leurs cœurs. Alors, ils se mirent à hurler et à gémir en choeur, les mains réunies en conque autour de la bouche. La nuit, la Reine de l'Ombre, la grande meurtrière s'éveillait et apportait la terreur du meurtre qu'on ne voit pas venir. Mais quand la clarté revint et que les gibbons comprirent qu'ils avaient devant eux toute la course du soleil pour connaître de nouveaux effrois, ils ne songèrent pas à s'en aller. Ils mirent leurs mains au-dessus de leurs têtes et, à nouveau, ils hurlèrent leur désespérance. Puis, de branche en branche, ils se lancèrent, attentifs aux fourmis rouges, aux doles, aux pythons et aux éléphants sauvages qui ne supportent pas qu'on leur tire les oreilles. On acquiert vite de mauvaises habitudes... Peu à peu les gibbons prirent celle de hurler « Hou-lou ! Hou-lou-lou-lou-lou... » quand le soleil apparaît et quand il disparaît.
Ils ont aussi appris à ravager les champs des hommes!...
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire