vendredi 12 juin 2015

Décès de Chea Sim : Réactions du ministère contre le Phnom Penh Post


NDLR : Si le décès du leader du CPP fait la une des journaux locaux et alimente bon train la presse francophone à l'étranger, les opinions divergent plutôt quant à la personnalité du leader cambodgien et à son rôle historique. Après la publication d'un article du Phnom Penh Post mettant en doute le rôle de victime de Chea Sim, le gouvernement tient à réagir en protestant à travers son agence de presse :

AKP : Le Ministère  de l’Intérieur a réagi hier contre un article publié par The Phnom Penh Post le 10 juin 2015 concernant l’ancien président du Sénat et du Parti du Peuple Cambodgien, Samdech Akka Moha Thamma Pothisal Chea Sim. Selon une lettre adressée au rédacteur en chef du Phnom Penh Post, le porte-parole du ministère de l’Intérieur a fermement rejeté les commentaires, faits par Brad Adams, directeur de la division Asie à Human Rights Watch, et cités par le Phnom Penh Post, et qui lient Samdech Chea Sim au régime génocidaire de Pol Pot et des Khmers rouges. Dans ce régime barbare, Samdech Chea Sim était, affirme le porte-parole du ministère de l’Intérieur,  seulement un officiel local simple. Sa famille et lui étaient aussi des victimes (du régime) comme les autres Cambodgiens, lit-on dans la lettre, soulignant que Samdech Chea Sim est un leader éminent qui a tout sacrifié pour la libération de la nation et du peuple cambodgiens de cet « enfer sur terre »....

Samdech Chea Sim
“Samdech Chea Sim est un grand leader qui a contribué à la reconstruction et au développement du pays et au maintien de la paix pour la nation”, appuie le le porte-parole du ministère de l’Intérieur. Par conséquent, dit-il, l’accusation portée contre Samdech Chea Sim est sans fondement, fausse et injuste. Le porte-parole a donc demandé au journal de publier cette lettre afin que l'affaire soit éclaircie tant au niveau local qu'international. Le même jour, le ministère de l’Information a également critiqué le Phnom Penh Post qui avait publié un article accusant Samdech Chea Sim des violations graves des droits de l’Homme pendant le régime des Khmers rouges. Dans son communiqué de presse, le ministère de l’Information a déclaré que la publication d’une accusation sans fondement était contraire à l'éthique et que la publication d’un tel article au cours de la période de deuil était également insultant pour la société cambodgienne.
Par C. Nika / AKP Phnom Penh, 12 juin 2015 –
Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire