mercredi 9 novembre 2016

Touristes et conduite, quelques détails...

Comportements de touristes


La publication de l'annonce de l'adoption plus rigoureuse d'un code de conduite, à destination des touristes visitant Angkor Wat, a largement été commentée et diffusée. Pourtant, si on pouvait croire que ces dispositions venaient suite aux nombreux incidents ''érotiques'' survenus ces derniers mois dans les enceintes des temples, il n'en n'est rien. Ce projet est dans les tiroirs depuis deux ans et a fait l'objet de statistiques et consultations auprès d'autres autorités internationales gérant des monuments ou sites historiques. Quelques extraits de ces statistiques et rapports qui ont aussi, en sus des incidents récents, incité le gouvernement a accélérer la mise en place:

Les comportements à Angkor Wat:

Sur l'ensemble des comportements dits répréhensibles:
  • 22 % sont liés à la tenue vestimentaire
  • 17% sont liés au tapage (shouting)
  • 17 % aux gens qui fument dans l'enceinte
  • 11 % à ceux qui escaladent les monuments
  • 6 % à ceux qui touchent les bas-reliefs
  • 6% à ceux qui écrivent sur les murs
  • 6% aux couples qui s'embrassent en public
  • 6 % à ceux qui font des graffiti
  • 11% à ceux qui rentrent dans les zones interdites au public

Pour info, les infractions comme la prise d'alcool et la prise de photos sans autorisation sont observés sur d'autres sites internationaux, mais pas sur le site cambodgien. Il est observé plusieurs étapes dans les attitudes, liées au nombre de touristes, quatre au total:

  • l'étape 1, l'euphorie : Avec un petit nombre de touristes, les communautés sont euphoriques, accueillantes, les visiteurs cherchent le contact.
  • L'étape 2, l'apathie : Le nombre de visiteurs s’accroît, les relations se formalisent.
  • L'étape 3, L'irritation : le nombre de touristes s’accroît sensiblement,  les locaux s'inquiètent d'avoir à partager leur espace de vie avec autant de monde.
  • L'étape 4, L'antagonisme: il y a trop de touristes. Les locaux deviennent hostiles et agressifs.
Enfin, concernant les statistiques sur l'implémentation d'un code de conduite, environ 50% des locaux et touristes se disent prêts à s'y soumettre à condition qu'il ne soit pas trop stricte. La conclusion de l’enquête stipule finalement que le niveau de perturbations à Angkor Wat est encore tolérable mais qu'il est temps d'adopter des mesures un peu plus drastiques.


Photo KiamProd Photography.  +855 087 261 019

NDLR:
Nul doute que l'épisode Wanimal et les exploits de récents exhibitionnistes auront conforté l'autorité Apsara, commanditaire de l’enquête, pour accélérer la mise en place du nouveau code de conduite. Les données de l’enquête sont brutes, un peu sommaires, il serait intéressant de savoir quelles sont les nationalités les plus ''perturbatrices''. En effet, beaucoup d'asiatiques sont très bruyants pour nos oreilles d'occidentaux et, parallèlement, quelques occidentaux qui n'ont pas fait dans la dentelle en se dénudant dans les enceintes du temple, ne représentent certainement pas un comportement général. Ces derniers ont toutefois ont créé pas mal de remous dans la presse internationale. Arrivera-t-on à un compromis qui permettra de visiter les temples dans des conditions agréables même en période d'affluence ? rien n'est moins sur et seul l'avenir le dira. Sur ce problème délicat, une certitude demeure, l'Angkor du début des années 2000 dont le photographe Mc Dermott a magnifiquement capturé la quiétude, semble une époque bien révolue...


Pays/territoire : Angkor Wat, Krong Siem Reap, Cambodia
Enregistrer un commentaire