vendredi 15 mai 2015

Skun, marché des insectes au Cambodge

Insectes comestibles au Cambodge

Différentes espèces d’insectes comestibles sont présentées aux locaux et étrangers à Skun, à quelque 70 kilomètres au nord de la capitale de Phnom Penh, sur la Nationale 6. En général, les passagers qui voyagent en autobus ou en véhicule privé s’arrêtent à Skun  pour acheter divers aliments et produits agricoles locaux, en particulier des insectes.

De différentes espèces d’insectes comestibles sont présentées aux locaux et étrangers à Skun, à quelque 70 km au nord de la capitale de Phnom Penh, sur la Nationale 6. En général, les passagers qui voyagent en autobus ou en véhicules privés s’arrêtent à Skun  pour acheter divers aliments et produits agricoles locaux, en particulier des insectes.
Photo: Khan Sophirom

Plus de 1.900 espèces d’insectes comestibles sont consommées à travers le monde, mais on en trouve seulement quelques-unes d’entre eux à Skun. Différentes espèces de crickets sont très fréquentes, mais les léthocères, les vers à soie, les tarentules, les petites grenouilles, les sauterelles, les scorpions, etc. sont saisonniers. Un certain nombre de cambodgiens reconnaissent le goût des insectes comestibles et s’arrêtent toujours pour en acheter quand ils passent par Skun, mais d’autres hésitent encore à le faire, raconte Mme Mey Phalla, une vendeuse d’insectes comestibles.

Photo: Khan Sophirom

“Certaines personnes en mangent, ou en goûtent, tandis que d’autres achètent des légumes et des fruits ici”, ajoute-t-elle. Mme Mey Phalla raconte aussi que le marché des insectes comestibles à Skun était assez fréquenté et attirait des touristes étrangers, y compris des Chinois, des Vietnamiens, des Coréens, et certains visiteurs occidentaux. Les crickets, les vers à soie, et les sauterelles sont vendus à 1.500 riels (soit 0,35 dollars américains) par boîte, tandis que d’autres insectes (léthocères, tarentules, etc.) peuvent être vendus à 1.500 riel pour chaque pièce, dit-elle.

Photo: Khan Sophirom

Selon un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (OAA), les insectes comestibles sont l’avenir principal pour la sécurité alimentaire mondiale. Les insectes comestibles contiennent des protéines de haute qualité, des vitamines et des acides aminés pour les humains. Ils ont un taux de conversion élevé de la nourriture et émettent moins de gaz à effet de serre et d’ammoniac que l’élevage conventionnel. Les insectes peuvent être élevés sur des déchets organiques. Par conséquent, ils constituent une source potentielle de production classique (mini-élevage) de la protéine, tant pour la consommation directe qu’indirecte (dans les aliments recomposées avec protéine extraite des insectes). En 2030, plus de 9 milliards de personnes auront besoin d’être nourris, avec les milliards d’animaux élevés chaque année à des fins alimentaires et récréatives et comme animaux de compagnie. En outre, les problèmes comme la pollution des sols et de l’eau à cause de la production animale intensive conduisent à la dégradation des forêts, contribuant ainsi au changement climatique et à d’autres effets destructeurs de l’environnement.

Les solutions doivent être recherchées et explorées. Un des nombreux moyens d’assurer la sécurité alimentaire est par l’entomoculture. Les insectes sont partout et ils se reproduisent rapidement, et ils ont une forte croissance, un taux de conversion élevé de la nourriture et une faible empreinte écologique durant tout leur cycle de vie. Ils sont nutritifs, riches en protéines, matières grasses et minérales. Ils peuvent être élevés sur des déchets comme des déchets alimentaires. En outre, ils peuvent être consommés en entier ou broyés en une poudre ou de pâte, et incorporés dans d’autres aliments.

Par Khan Sophirom / AKP Phnom Penh, mai 2015 –
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire