jeudi 14 mai 2015

Films: Découvrir les instruments khmers, Le ding jön et la cithare Kse Diev

Le ding jön et la cithare

Le ding jön est un aérophone polycalame constitué d’un fagot de 11 tuyaux de bambous. Cet instrument exclusivement féminin était autrefois joué à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison, le soir ou de bon matin, avant de commencer le pilage du riz. Le faible volume sonore du ding jön en fait un instrument intime. Cette femme est l’une des dernières pratiquantes au Cambodge. Un ostinato est réalisé avec le pouce qui frotte rythmiquement l’extrémité supérieure des deux tuyaux les plus graves. 
Interprète : Sol Miang 
Une réalisation de Patrick Kersalé / © Patrick Kersalé 2013

Films: Découvrir les instruments khmers, Le ding jön et la cithare
Le ding jön

La cithare sur bâton monocorde à résonateur en calebasse est dénommée kse diev, khse muoy, say dieu aux translittérations près. Elle existe au Cambodge au moins depuis le VIIème siècle. Sa pratique a failli disparaître après la période des Khmers Rouges. puisque la plupart des musiciens avaient été exterminés. Grâce à la ténacité de maître Sok Duch, plusieurs musiciens de la jeune génération peuvent désormais en assurer la pérennité. Ici l’un des plus brillants d'entre eux : 
Sinat Nhok. 
Une réalisation de Patrick Kersalé / © Patrick Kersalé  2013

La cithare sur bâton monocorde à résonateur en calebasse est dénommée kse diev, khse muoy, say dieu aux translittérations près. Elle existe au Cambodge au moins depuis le VIIème siècle. Sa pratique a failli disparaître après la période des Khmers Rouges. puisque la plupart des musiciens avaient été exterminés. Grâce à la ténacité de maître Sok Duch, plusieurs musiciens de la jeune génération peuvent désormais en assurer la pérennité. Ici l’un des plus brillants d'entre eux :  Sinat Nhok.  Une réalisation de Patrick Kersalé / © Patrick Kersalé  2013
La cithare
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire