vendredi 24 avril 2015

Vétérans khmers de 39-45

Sous l'occupation japonaise...

Ces deux hommes rencontrés lors d'un tournage dans le Ratanakiri ont vu deux guerres, la deuxième guerre mondiale et l'horreur khmer rouge. C'est du moins ce qu'ils prétendent. En effet, ne parlant que leur dialecte local et apparemment affectés par leur grand âge et ayant donc de grandes difficultés à s'exprimer, les deux hommes ont peiné à raconter leurs souvenirs. Une chose est claire, ils ont bien affirmé avoir vécu l’occupation japonaise en 39-45 et se rappellent, plus tard et plus précisément, de la terreur que faisaient régner les khmers rouges dans cette région. Particulièrement difficiles à soumettre et connaissant la jungle comme leur poche, beaucoup de khmer loeu s'étaient enfuis dans la forêt lorsque les troupes de Polt Pot avaient établi un de leurs quartiers généraux dans cette région. Ces deux hommes aujourd'hui démunis, vivent de la solidarité villageoise, il y a bien eu quelques intentions claironnantes de la part de responsables d'ONG pour les faire reconnaître comme anciens combattants mais, apparemment, la situation n'aurait pas évolué. La situation et l'histoire de ces deux hommes ne reposent que sur leurs ,difficiles, témoignages, il n'y a évidemment pas d'autres survivants de la période qu'ils disent avoir vécue, en particulier, celle de l'occupation japonaise.

Vétérans 1939-1945

En savoir plus sur l'invasion japonaise:
Le Japon, en guerre contre la Chine depuis 1937, n'est pas encore parvenu à faire cesser la résistance des armées de Tchang Kaï-chek. Celles-ci sont notamment ravitaillées par la voie ferrée du Yunnan, qui passe par Hải Phòng. Pourtant, le gouvernement français, à la veille de la guerre en Europe, a pris l'engagement de ne pas permettre le transit de matériel militaire vers la République de Chine, mais les Japonais ne sont pas satisfaits. Le gouvernement japonais profite de la défaite française en Europe en juin 1940 pour adresser un ultimatum aux Français. Trois divisions de l'Armée du Guandong font pression sur la frontière tonkinoise : la menace paraît suffisamment évidente au gouverneur Catroux pour qu'il ordonne de lui-même, le 16 juin, l'interdiction du trafic d'essence vers Kunming.

Mécontent de l'initiative de Catroux, le gouvernement de Vichy le limoge et le remplace par l'amiral Decoux, proche de l'amiral Darlan. La passation de pouvoirs a lieu le 22 juillet (Catroux profitera de l'escale à Singapour pour rejoindre la France libre). Mais entre temps, Catroux a dû engager des discussions avec une mission militaire japonaise, arrivée à Hanoï, quant au droit de passage de l'Armée impériale japonaise sur le territoire indochinois. Les empiètements sur la souveraineté française se multiplient, et le 30 août, Vichy signe un accord de principe avec les Japonais, reconnaissant la position privilégiée et les intérêts du Japon en Extrême-Orient. Lire la suite sur Wiki...
Pays/territoire : Ratanakiri, Cambodia
Enregistrer un commentaire