vendredi 24 avril 2015

Conférence sur les enjeux maritimes au Cambodge

Enjeux maritimes au Cambodge

Une conférence sur les enjeux maritimes au Cambodge a été organisée cette semaine à l’Université nationale de gestion (NUM), à Phnom Penh, par le ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports et l’Ambassade de France. Yuok Ngoy, secrétaire d’Etat à l’Education, à la Jeunesse et aux Sports, et Jean-Claude Poimboeuf, ambassadeur français au Cambodge, ont présidé la cérémonie d’ouverture de la conférence. Quelque cent cinauqnte personnes (ministères, experts, entreprises privées, étudiants) ont participé à cet événement portant sur trois thématiques : pêche et aquaculture, ports et transports maritimes et, défense et sécurité.

Les intervenants. Photo AKP
La conférence visait à mettre en lumière le potentiel maritime et fluvial du Cambodge à travers une approche pluridisciplinaire combinant le droit international, l’économie et la géopolitique; à rassembler la communauté des responsables traitant des questions maritimes au Cambodge (administrations des pêches, marine royale, ministères directement concernés, universitaires…) ; et à sensibiliser la société civile aux enjeux maritimes au-delà des professionnels du secteur et des spécialistes. Selon l'ambassadeur français, dans une région très largement tournée vers la mer, le Cambodge n’est pas immédiatement perçu comme un Etat maritime. Le Tonle Sap, du fait de son importance économique et écologique, a davantage retenu l’attention que sa façade maritime. Longue de 435 km, celle-ci est plus modeste en effet au regard des grands archipels de la région mais elle n’en connait pas moins une forte activité : le transport maritime et la pêche côtière occupent une place significative au sein de l’économie nationale.

Le public. Photo AKP

Par ailleurs, a-t-il souligné, la situation centrale du Cambodge, au cœur de l’ASEAN dont la géographie est largement maritime, lui confère une importance stratégique évidente. Le Royaume a donc vocation, à moyen terme, à devenir un nœud logistique et portuaire important. Cette éventualité, si elle est susceptible de contribuer au développement économique du pays, oblige la communauté des professionnels à réfléchir dès à présent aux modalités pour y parvenir. La protection de l’environnement et des ressources halieutiques constituent à cet égard un enjeu majeur.

Invités. Photo AKP

Au-delà du Cambodge, a-t-il ajouté, ces enjeux concernent l’ensemble de l’Asie du Sud-Est, confrontée à l’augmentation du trafic maritime, à la gestion des ressources halieutiques, à la sécurité en mer, à la protection de l’environnement ou encore aux tensions territoriales. “Dans ce contexte, les aspects juridiques doivent faire l’objet d’une attention particulière. En effet, dans un monde globalisé où les enjeux stratégiques évoluent rapidement et sont susceptibles d’avoir d’importantes conséquences, le droit demeure le meilleur outil afin de limiter les incompréhensions, voire les tensions. A ce titre, le Cambodge pourrait asseoir ses droits en engageant une démarche de ratification de plusieurs conventions internationales ayant trait au sujet maritime, à l’instar de la Convention de Montego Bay de 1982, qui reconnaît juridiquement l’existence des zones économiques exclusives par exemple”, a déclaré Jean-Claude Poimboeuf.

Ces outils juridiques induisent également des devoirs, notamment dans le domaine de la sécurité en mer avec la Convention de Hambourg de 1979, a déclaré le diplomate français, précisant que les récentes catastrophes aériennes survenues dans les eaux de l’ASEAN rappellent l’urgence de s’interroger collectivement sur les moyens de recherche et de sauvetage en mer. “Sur toutes ces questions, la France dispose d’une expertise reconnue qu’elle est prête à mettre à la disposition des autorités cambodgiennes compétentes”, a conclu M. Poimboeuf.
AKP, Avril 2015-
Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire