mercredi 10 septembre 2014

Somaly Mam, la revoilà

La revoilà...

Dans un article de Marie Claire version anglophone, Somaly Mam fait une nouvelle fois l’objet d’un long article intitulé : ‘’L’ancienne esclave sexuelle qui a dupé le monde entier’’. Peu de révélations dans cet article qui a toutefois le mérite de reprendre l’histoire dévoilée par le journaliste Simon Marks et qui propose quelques nouvelles interventions de Khmers ayant travaillé avec la diva déchue.

Stratégie subtile ou simple manque de soutien ? Depuis les nombreuses publications ayant révélé les incohérences de sa biographie et les errements de sa gestion une fois son mari évincé, l’ex diva de l’humanitaire n’a fait aucune apparition publique, aucun commentaire dans les journaux ou télévisions alors qu’il est très probable que de nombreux journalistes aient fait le siège de son téléphone portable pour tenter d'obtenir ses réactions. 

Somaly Mam. Photo Wikipédia CC

Auparavant dopée jusqu’à l’aveuglement par le star system américain, on aurait pu s’attendre à une période de silence bien pensée suivie d’une rédemption bien calculée et bien médiatique comme les télévisions américaines adorent et savent si bien le faire. Une Somaly pleurant au milieu de 3000 spectateurs en confessant ses péchés aurait probablement ravi une audience outre-Atlantique toujours friande de drames vécus en direct et de larmes savamment dosées. Nul doute que Somaly Mam aurait été parfaite dans le rôle...Il n’en est rien, c’est l’abandon, elle n’intéresse à peine que quelques stars telles la poupée spécialiste des rôles décolletés telle The Anna Lynne McCord, petite amie de Dominique Purcell (Prison Break), peut-être intriguée et désireuse de provoquer en allant à contre-courant de la vindicte des medias. Somaly Mam qui ne s’exprimait qu’avec la ‘’Haute’’ auparavant découvre aujourd’hui les vertus des réseaux sociaux et décide de publier régulièrement ses douleurs et émois face à une réaction ou une absence de réaction de ses anciens amis qu’elle feint de ne pas comprendre. Ultime publication, il y a quelques heures sur son nouveau profil Facebook: Somaly en pantalon collant et déshabillé…s’il y a une stratégie de communication derrière cela, elle est plutôt déroutante. Coté Afesip et Fondation Somaly, le calme poli demeure, tout comme la majorité des ONG spécialisées qui déclarent sur un ton on ne peut plus laconique ‘’…Nous ne sommes pas en mesure de faire un quelconque commentaire, nous ne sommes pas suffisamment documentés sur ce sujet..’’ Difficile de faire plus soft voire plus hypocrite, mais peut-être attend-on les résultats comptables de la fondation Somaly qui devraient être publiés au troisième trimestre. Peut-être l’occasion d’en rajouter une couche ou de mesurer l’étendue des dégâts d’une gestion largement critiquée, y compris par les donneurs. Silence radio également du coté de son ami et mentor Nicholas Kristof plus occupé à publier des tweets sur le racisme plutôt qu’à commenter les mésaventures de celle qu’il avait si bien vendue dans les colonnes américaines pendant tant d'années. Quant à mesurer l’impact du scandale Somaly dans le milieu ONG et la confiance des donateurs, ceci pour répondre à des questions des lecteurs, c’est difficile à estimer, Il est très probable que la confiance soit sensiblement ébranlée…jusqu’où ? Seul l’avenir le dira, et cela risque probablement aussi de soulever quelques questions embarrassantes du type : ‘’Et si elle n’était pas la seule ?’’
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire