vendredi 12 septembre 2014

Ratanakiri, VRG sur la sellette

Global Witness demande une enquête

‘’…Bien que la société VRG (Vietnam Rubber Group) ait fait quelques avancées significatives dans le dialogue avec les communautés du Cambodge et du Laos affectées par l’exploitation de l’hévéa, l’abattage illégal persiste à l’intérieur et autour des plantations de VRG…’’. Cette déclaration provient de l’ONG Global Witness qui a décidé d’adresser une plainte auprès du FSC (Forest Stewardship Council). 

Pour Global Witness, l’abattage illégal perdure autour de la concession VRG

Le FSC est une autre ONG internationale qui tente de responsabiliser les exploitants de bois en leur imposant certains critères de bonne conduite. Les dits critères étant principalement une gestion de l’abattage soucieuse de la préservation globale de la forêt, le respect des environnements économiques et sociaux. Suite à de nombreuse polémiques et accusations d’évictions de terres, la concession de VRG qui concerne 150 000 hectares repartis entre le Ratanakiri et le Laos avait vu son agrément FSC suspendu une première fois en novembre 2013. Global Witness s’étonne aujourd’hui que le groupe VRG ait reçu une nouvelle certification lui permettant d’être aux normes conseillées par ce ‘’Conseil des Forêts ‘’. L’attitude de la FSC provient très certainement des démarches entreprises par le groupe vietnamien qui a commencé à organiser des rencontres avec les villageois qui se disent spoliés par l’exploitation du caoutchouc. Si Global Witness salue ce geste de nature à apaiser les tensions et susceptible aussi de permettre, peut-être, aux villageois de recevoir quelque compensation, l’ONG ‘’watchdog’’ estime que les problèmes de déforestation sauvage autour de la plantation doivent aussi être réglés. Global Witness avait déjà précisé il y a quelques semaines qu’un dédommagement ne serait certainement pas suffisant pour équilibrer la situation arguant que de nombreuses communautés avaient perdu leurs terres et donc, pour nombre d’entre eux, leurs moyens de subsistance. Global Witness, demande qu’une enquête soit diligentée et annonce qu’elle mènera aussi sa propre investigation auprès des communautés.
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire