lundi 15 septembre 2014

Siem Reap, appel à générosité

Qui peut aider David ?

Attendrie par les conditions de vie difficiles d’un guide touristique de Siem Reap, Iza (Sérénité Guesthouse) raconte son histoire et lance un appel à tous ceux qui souhaiteraient faire un geste. David, guide pour touristes, a beaucoup de mal à joindre les deux bouts et à s’occuper de son fils actuellement malade.

Comme promis, j'ai été dans la famille de David afin de pouvoir discuter avec lui de l'aide qu'on pouvait lui apporter. Son village est à une vingtaine de kilomètres de Siem Reap, c'est un village où il n'y a ni l'électricité ni l'eau courante,  et il habite une zone inondable. Ils ont une ou deux ampoules qu'ils alimentent avec un petit générateur. Déménager est impossible pour lui car les maisons plus près du centre sont trop chères, la maison qu'ils habitent appartient à sa maman, son papa est mort en sautant sur une mine...David n'a pas de pompe à eau et dépend de l'eau que veut bien lui donner son voisin (celui ci ne le fait pas forcément avec le sourire je vous assure). Son fils va un tout petit peu mieux à ce jour mais rien n'est encore gagné, il me tient au courant chaque jour pour retourner chez le médecin et vérifier son état si besoin est. Il refuse toujours de manger du riz et des aliments un peu plus consistants, donc je lui ai amené des laits de soja aromatisés aux fruits, du canard et des légumes pour pouvoir faire de la soupe, j'ai amené également des vêtements, des petits pains fourrés locaux et des packs de lait de soja. Etant en saison basse et les clients se faisant rares, il essaye tant bien que mal de faire vivre sa famille et de rembourser le prêt de son tuktuk (il reste 6 mois de financement de +-110$/mois), son premier tuktuk a été malheureusement volé d'où l'obligation de faire un prêt à la banque pour en acheter un autre au plus vite. J'ai vu sa maison entièrement en bois, celle ci est mangée par les termites sur la base des piliers et il me disait que quand il y avait du vent, il ne dormait pas car la maison bougeait et qu'il avait peur qu'elle s'écroule à un moment ou à un autre. Il a déjà acheté un peu de bois mais n'en a pas encore assez pour la refaire. Il y a deux écoles dans son village, l’une ou on apprend les bases khmers (gratuite) et l'autre où on peut apprendre l'anglais (10$/enfant donc 30$/mois). il a décidé de les mettre dans l'école où on apprend l'anglais pour pouvoir leur donner la chance d'avoir un meilleur métier. Je lui ai donc proposé de l'aider pour les deux mois de basse saison qu'il reste car une fois la haute saison, il devrait avoir plus facile. Nous sommes allés voir également son frère qui ramasse les détritus dans la rue et qui est aussi garde forestier (il gagne +-60$/mois), nous avons pu ainsi un peu discuter grâce à David qui traduisait tout. 
David et son fils
Ce sont des gens charmants qui ont insisté pour m'inviter à manger, sa femme et sa maman avaient préparé quatre plats qui étaient délicieux mais il m'a été très difficile d'accepter car en refusant je pouvais les vexer et en acceptant j'avais honte de manger alors qu'ils ont des difficultés. Je désire lancer un appel afin de pouvoir récolter des dons et de pouvoir l'aider à passer ces deux mois pas facile, je n'ai pas l'habitude de demander quoi que ce soit mais je fais appel à votre sensibilité et à vos idées pour que je puisse récolter de quoi l'aider. Je lui ai proposé également de lui concevoir un site internet pour pouvoir faire sa publicité auprès des futurs voyageurs pour le Cambodge. Vu qu'il n'a pas internet, pas d’ordinateur, je gèrerai moi même son site et ses réservations éventuelles de circuit pour visiter Angkor lors de la saison haute. Il faut savoir qu'une journée de travail pour David (en faisant visiter le petit circuit d'Angkor) lui rapporte 15$ pour la journée entière (les autres circuits lui rapportant un peu plus), à ça il faut retirer l'essence consommée (l'essence est presque aussi chère qu'en Belgique). Je tiens à remercier déjà les personnes qui ont fais un don pour l'aider ! Je sais que je ne peux pas prendre toute la misère du monde sur mes épaules, mais des fois on ne peut pas faire autrement qu'aider car le cœur nous guide avant tout. J'ai appris en vivant ici qu'il y a des choses importantes dans la vie et d'autres qui sont que des futilités, la santé est la chose la plus importante mais pour pouvoir avoir des enfants en bonne santé encore faut il pouvoir avoir de l'eau saine et un toit solide pour les abriter.
Amicalement de la part d'Iza
Pays/territoire : Siem Reap, Cambodia
Enregistrer un commentaire