samedi 17 septembre 2016

Pchum Ben au Cambodge

Les préparatifs de la célébration de Pchum Ben ont commencé ce week-end pour une célébration officielle qui aura lieu du 30 septembre au 03 octobre 2016. Pour tout savoir sur cette fête cambodgienne, retrouvez Nai qui avait partagé cette célébration avec le magazine, en attendant un temps plus clément pour vous proposer un reportage photo plus complet :

Regroupements familiaux, affluences dans les pagodes, le Cambodge vit actuellement le début des festivités et cérémonies de Pchum Ben. Surnommée la fête des morts par les occidentaux, Pchum Ben est beaucoup plus que cela pour les Cambodgiens.

Nai, à la pagode
Tradition qui remonte à plusieurs siècles, Pchum ben est considérée comme la deuxième fête la plus importante de l’année après Chaul Chhnam (fête du nouvel an). Pchum ben est célébrée tant au Cambodge que par les différentes diasporas khmères à travers le monde. L’origine du mot Pchum Ben est une contraction des termes Prachum (« se réunir ») et Benda (« faire des offrandes »). Pchum ben est, dans la religion bouddhiste theravāda khmère, l'équivalent de la fête des morts, fêtée le 2 novembre par les catholique. Cette coutume remonterait à l'antiquité, alors que les Cambodgiens convertis au Brahmanisme croyaient qu’après la mort, l'Âtman, l'âme de chacun, circulait à travers le cycle de l'océan et se réincarnait tant qu’elle restait imprégnée d’actes malsains ou de souillures. De nos jours, les Cambodgiens continuent de croire que même si la plupart des créatures terrestres se réincarnent à leur mort, certaines âmes, à cause de leur mauvais Karma, ne renaissent pas et restent prisonnières des esprits. Toutefois, chaque année, Yama, le Dieu des enfers les libère pendant quinze jours, pour qu’ils puissent rechercher leurs parents encore en vie, méditer et se repentir de leurs fautes. Le dernier jour de cette période est donc consacré par les vivants à se souvenir de leurs défunts et à offrir de la nourriture à ceux qui restent dans le monde des esprits. 

C’est une occasion pour les familles de se recueillir et prier pour réduire l’influence du mauvais Karma de leurs ancêtres. Les cérémonies duraient autrefois trois mois, mais aujourd’hui, elles se limitent aux deux semaines durant lesquelles les âmes errantes sont libérées du monde des esprits. Elles débutent donc habituellement à la mi-septembre et se déroulent pendant le cycle lunaire décroissant du mois où le ciel est obscurci des nuages de la mousson. En effet, la célébration se fait pendant la Vassa, soit la « Retraite des Pluies » où, d’après les règles bouddhistes, les moines doivent rester dans le monastère. En plus de la commémoration d’une fête ancestrale et d’une réunion familiale, Pchum Ben est aussi une occasion pour se réunir et apporter les aides nécessaires aux moines et aux pagodes sur le plan matériel.

Nai, jeune Cambodgienne réunie avec sa famille pour célébrer Pchum ben

Comme l'explique Nai, jeune Cambodgienne qui tient à célébrer Pchum ben chaque année: ''...Pchum Ben est un événement important. Au delà de l'aspect religieux, c'est une des rares occasions de se retrouver en famille. Je travaille dans la capitale et ma famille est éloignée, c'est donc un moment de joie aussi. Aujourd'hui, ce ne sont que les préparatifs, le ''vrai'' Pchum Ben commencera à partir du 30...''
Enregistrer un commentaire