mercredi 17 septembre 2014

Mercier, le justicier mytho du Cambodge, épilogue

Justicier mytho du Cambodge, mot de la fin

Le Petit Journal du Cambodge propose aujourd’hui une analyse des vidéos de Bruno Mercier, l’homme qui arrête les chars d’une main et dénonce les mafiosi franco-cambodgiens de l’autre. Saluons la patience d’Emmanuel qui s’est tapé trois heures de bouillie indigeste et quasi auto-indigeste car il apparaît dans certains passages que le Mercier lui-même s’embrouille et s’étouffe avec ses propres renvois, hésitant, contradictoire et clownesque.

Nouveau livre de BM
Dans la biographie presque sommaire que nous lui avions consacrée dans Cambodge Mag, nous avons omis la parution du deuxième opus de ses exploits, consacré aux industriels du papier qui fabriquent de la fausse monnaie. En raison de ses capacités extraordinaires de camouflage et ses techniques d’infiltration, Mercier dit avoir été embauché par une imprimerie industrielle qui aurait été le fournisseur de monnaie officielle pour 100 pays. Inutile de chercher, une telle entreprise avec un tel marché n’existe pas. Au-delà des réactions unanimes sur la fantaisie de Bruno Mercier, il est triste de voir que ces textes sont relayés par des blogs, allant du plus amateur au prétendu objectif et professionnel Mediapart. On aime ou on n’aime pas le journal d’Edwy Plesnel, mais il faut lui reconnaître la qualité de son information et de son écriture en général. Nous avons posé des questions sur  le minimum de contrôle concernant l’information publiée sur les blogs adhérents Médiapart, et restons en l’attente d’une réponse. Au-delà, il est infiniment triste de comparer le Cambodge à une poubelle de mafieux français. Le Cambodge, comme beaucoup d’anciennes colonies, a ses aventuriers, ses imposteurs, ses mythomanes patentés mais il y a aussi des expatriés, qui s’installent, font leur business, s’intègrent et mènent une vie professionnelle, sociale et conjugale normales. Comparer nos amis amoureux du Cambodge à des petites frappes appartenant à un vaste réseau pédo-criminel totalement connecté et endossé par l’Ambassade de France est une insulte hautement approximative, malsaine et formulée par un ancien militaire qui se prend pour un consultant international, en mal de reconnaissance, qui a travaillé avec une bonne moitié des gens qu’il démolit sans preuves. La criminalité, les réseaux pédophiles, la drogue sont des fléaux majeurs, des plaies qui frappent pas mal de pays d’Asie. Il y a malgré tout des gens qui s’attachent à travailler pour combattre cela, avec beaucoup de difficultés liées au silence, aux habitudes contestables, aux scandales déjà existants, ce n’est peut-être pas la peine de rajouter  quelques épices bien avariés dans une soupe déjà tellement amère...
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire