dimanche 14 septembre 2014

Bruno Mercier et la théorie de la mafia française au Cambodge, encore un mytho?

Bruno Mercier, enquêteur et sniper à 18 ans

Dans un livre jamais ou si peu distribué qu’il décrit comme l’histoire extraordinaires de ses aventures, de ses infiltrations ultra-périlleuses dans la prétendue mafia française au Cambodge; et aussi comme un ensemble de révélations sensationnelles, l’ancien militaire Bruno Mercier qui se dit aussi héros de guerre n’y va pas de main morte: meurtres de français en Asie, manipulations de journalistes, blanchiment d’argent, pédophilie avec meurtre d’enfants et complicité de l’Ambassade de France au Cambodge, Franc Maçonnerie, escroqueries, services secrets…L’auteur a compilé toutes une séries d’affaires et scandales impliquant des français et autres étrangers au Cambodge, les a reliés entre eux pour développer ensuite la théorie de l’existence d’une vaste et terrifiante mafia française dont les ramifications s’étendraient jusque dans le Pacifique Sud. S’il est probable qu’il y ait des réseaux d’influences et pas mal de mésaventures pas toujours très claires pour quelques expatriés, de là à voir une gigantesque mafia à tous les bobos et à tous les coins de rue…il y a un énorme pas à franchir...Bruno Mercier l'a fait. ''Fascinés'' par ces révélations glauques qui ont été publiées la semaine dernière sur un blog Mediapart et relayées localement, nous avons voulu lire et relire ces déclarations fracassantes…en trouvant tout de même pas mal d’inexactitudes parfois grossières tant dans le texte que lors de nos échanges email avec le héros Mercier.
Le ''livre'' de Bruno Mercier
Dés le prologue, Bruno Mercier se présente comme tireur d’élite de l’armée française alors qu’il n’a que 18 ans. Or, cette qualification, tireur d’élite, est de ‘’deuxième niveau’’, pour utiliser le langage de l’armée. Un soldat engagé doit avoir en général quelques années de campagne ou combat, devenir d’abord tireur de précision et ensuite tireur d’élite après avoir fait ses preuves sur le terrain. Le héros Mercier se serait donc engagé vers 14 ans pour partir tout de suite au combat quelques années, devenir tireur de précision et ensuite sniper à 18 ans…dans cette excessivement précoce fonction de tireur d’élite, l’auteur précise: ‘’ Tireur d’élite à l’âge de dix-huit ans, j’ai appris par cœur tous les grades des armées du Pacte de Varsovie pour sélectionner dans ma lunette, le moment voulu, leurs officiers. Pendant toute une journée je pouvais rester caché, scrutant une piste ou un découvert…’’  Jamais la France n’a fait intervenir des snipers ni même des soldats pour faire des cartons sur des officiers des armées du pacte de Varsovie…l’auteur serait bien en peine de nous citer le nom de l’intervention française en Union Soviétique ou dans les pays de l’Est entre 1955 et 1991… Le héros Mercier devenu ensuite parachutiste qui flirte avec la mort dans les pays africains, fête ses 18 ans au Tchad, en Centrafrique…etc., puis en Nouvelle-Calédonie où il commande un régiment parachutiste d’Infanterie de Marine. A Djibouti, ensuite, il devient spécialiste de Défense Nucléaire et Biochimique. Au passage, il sera décoré à Djibouti durant l’opération Godoria pour avoir mis hors d’état de nuire un char T556 et ses occupants, seul à bord d’une jeep. Mercier partira ensuite vers 1994 à la frontière thaïlandaise où: ’’...je partais avec notre bateau ONU arraisonner les jonques à la recherche d’opium…’’. Ce serait peu de temps après avoir fait des voyages d’études au Vietnam et au Cambodge que le héros de guerre décide de quitter l’armée. Ces officiers lui auraient interdit de révéler quoique ce soit sur ce qu’il aurait appris sur cette mythique mafia française du Cambodge. Le chevalier était trop pur et a refusé ces ordres. Ensuite: ’’… j’ai tout tenté pour dénoncer les activités criminelles dont j’ai été le témoin. Les services de l’armée n’ont rien fait pour me protéger, bien au contraire. Depuis, j’ai plusieurs fois été agressé, ma famille menacée. Je me suis retrouvé deux fois en garde à vue pour une cabale montée contre moi. J’ai plusieurs fois été dénoncé comme étant un pédophile, un pervers, un voleur. Tous les moyens pour me déstabiliser ont été employés. J’y ai perdu la femme que j’aimais. Des policiers m’ont mis en garde face aux risques de défenestration de même qu’aux risques encourus à emprunter les transports en commun…’’. Le livre de Mercier part ensuite dans une lourde histoire et description à sa sauce de la prétendue mafia française, mêlant OAS, SAC, Indochine, MI16, collaborateurs des nazis, DGSE, Parti Communiste, CIA…etc.…Le héros de guerre se fait historien, spécialiste de l’espionnage et de la géopolitique. 

Bruno Mercier









Vers la page 17, arrive le chapitre sur le Cambodge. Difficile de résumer cette diarrhée verbale mais Mercier prend des morceaux d’histoires vraies ou supposées vraies (pédophiles piégés, ONG agressives) et les nouent entre elles pour démontrer qu’il s’agit d’une méthode typiquement mafia, pas la mafia des petits souteneurs ou d’autres associations, non, l’auteur parle de la vaste et très organisée mafia française qui contrôlerait tout par ces méthodes de chantage à la pédophilie. Mercier y connecte même l’affaire dite ‘’Electrolux / Apsara) et la décrit comme une tentative de ‘’réduction au silence’’ alors qu’il s’agissait d’une triste mais banale affaire d’adultère au sujet d’une belle coréenne. Mercier avance ensuite la création de la société Triangle Holding par les mafieux français pour leur servir de société écran. Selon l’auteur, les mafieux français de triangle vont faire des appels de capitaux via la technique du chantage à la pédophilie en ciblant un japonais, Kobata Kazuyuki. Problème, la logique voudrait que ce type de chantage vise les gens aisés, non! Kobata est un petit employé d’une société de construction japonaise venu en vacances au Cambodge avec ses petites économies…un peu minable et peu vraisemblable pour une opération mafieuse, les Corleone en herbe de l’Indochine ne seraient pas très ambitieux…Pour Mercier, non, c’est de la mafia française tout craché. Mieux, Mercier justifie le choix d’un petit ouvrier en invoquant l’efficacité de la méthode Ponzi, un piégé qui en piège deux autres qui en piège quatre autres…le parrain façon Herbalife donc…etc. Au hasard de ses détails cambodgiens, Mercier parle de l’assassinat de Michel Marty (Apsara TV) qui parlait trop…alors que le pauvre Michel est décédé d’une crise cardiaque…Au hasard, Mercier cite des chambres de guest-houses piégées avec des caméras dans la serrure…pas certain que la technique existe…D’autres fait-divers sont passés au crible avec un tel souci du détail qu’on se doute que Mercier a été vraiment témoin ou peut-être victime de quelques mésaventures de français sous les tropiques. Si jusque là, on serait tenté de sourire, la suite devient beaucoup moins drôle avec l’évocation de tournage de snuff movies, ces prétendues productions vidéo mettant en scène des rapts, viols, tortures et meurtres d’enfants. Selon le super enquêteur Mercier, ce trafic de films servait bien sur à financer Triangle, donc la mafia française. Mercier raconte: ''...Le prix d’une cassette est de 6 000 à 7 000 dollars » (pour quelques minutes de tournages), ce qui revient à penser que ce n’est pas un ouvrier, même européen, qui peut se payer ce genre de perversité. « Les enfants sont violés et mis à mort de façon spectaculaire, éventration, égorgement, …En 1998, ont été remis à Georges Boltz, commandant de police de l’ambassade, un stock de cassettes à caractère pédophile dont certaines avec actes de tortures et mise à mort...''.  Ce trafic, au cours duquel Mercier évoque des camions frigorifiés remplis de cadavres d’enfants, serait entièrement couvert par les agents de l’Ambassade de France au Cambodge, car, bien sûr, selon Mercier, ils sont tous mouillés. Les snuff movies durs, avec meurtres d’enfants, ou pas, sont considérés comme une légende urbaine. A ce jour, un seul cas a été recensé en Thaïlande, c’est ce fait-divers tragique qui a d’ailleurs inspiré le film d’horreur ‘’Hostel’’ de Tarantino. Pour peu qu’il y ait eu vraiment ce genre de trafic couvert par l’Ambassade de France et pour lequel Mercier jure dur comme fer qu’il a des preuves et qu’un magistrat français est venu enquêter, il semble difficile d’imaginer un tel réseau opérant avec des camions frigorifiques remplis de cadavres d'enfants. Mieux, Après cette lecture pénible sur ce point précis, nous avons contacté Mercier et demandé qui était le magistrat et si nous pouvions avoir un élément de preuve, ou même juste un courrier montrant que l’affaire était sérieuse. La réponse de Mercier semble aussi puérile que ses accusations : ‘’le magistrat X est passé à Phnom Penh, il a entendu parler des cassettes snuff, c’est la preuve irréfutable que ces films existent…’’. Cette réponse sera à peu prés la même sur tous les renseignements que nous demanderons. Autres erreurs grossières dans son mauvais roman, Mercier parle de Solaris / Apsara TV qui aurait été une ONG chargée de blanchir des fonds et qui aurait perdu ses financements par désobéissance…faux, Solaris a perdu la gestion de la chaîne télévisée cambodgienne Apsara TV car Solaris n’a pas pu trouver suffisamment de recettes publicitaires au Cambodge et aussi car l’actionnaire principal s’est épuisé. Persuadé de sa bonne foi et d’avoir soulevé le scandale du siècle, Mercier n’hésite pas non plus à parler de son implication dans l’affaire des otages d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, en se trompant au passage sur le nombre de militaires ayant participé à l’assaut de la grotte.


Ayant cherché à savoir plus que ces exploits littéraires, nous avons  découvert aussi, qu’au travers une agence de sécurité, Mercier proposait des stages de survie dans la jungle du Cambodge, qu’il est consultant international, consultant en risques, immobilier, investissements, sécurité…Tout un arsenal de qualifications qui collent plutôt mal avec un site web dédié à ses compétences extraordinaires mais piteusement illustré de logos et gifs piqués dans les banques d’images gratuites ou bon marché mais aussi d’images de guerre, Ah oui! c’est un ancien soldat, tireur d’élite à 18 ans, expert en armes biologiques, parachutiste, stoppeur de chars à mains nues…etc. Ceux qui seront tentés de croire en sa théorie de la mafia française devraient tout de même s’interroger sur le peu de réactions juridiques face à ses déclarations; seul le richissime Duval lui a fait parvenir une sommation par le biais de son avocat pour lui faire enlever son nom qui apparaît dans le ‘’livre enquête’’.  Pour les autres, c’est un mythomane complet qu’on laisse s’agiter tout seul dans son coin. Si le héros Mercier prétend dévoiler les méthodes meurtrières de la mafia française au Cambodge qui tue ou piège pour un clin d’œil, pourquoi est-il encore vivant après avoir publié son manifeste sur quantité de blogs et sites d’hébergement ? Pourquoi aucun éditeur, aucune télévision sérieuse, aucun journal ne lui ont-t-ils pas couru après avec toutes ses révélations fracassantes? Chacun se fera son opinion, mais entre mythomane pur jus et justicier, la balance ne risque pas de vaciller très longtemps...

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire